Une fois l’effervescence des fêtes de fin d’année terminée, il serait judicieux de s’interroger globalement sur l’agitation et le stress, qui caractérisent notre société de consommation basée sur le paradigme du «toujours plus et toujours plus vite». S’il est vrai que nous vivons dans une époque où tout va très vite, nous manquons par contre, singulièrement, de réponses au niveau du sens d’une telle course frénétique contre la montre, conséquence directe d’une recherche paroxystique de performance. Cette hyperactivité collective prive l’individu d’instants de conscience et de contemplation, seuls capables d’élever l’âme humaine, en quête de vérité, de beauté et de bonté.

Le fast-food et le zapping télévisuel, le shopping compulsif et la téléphonite aiguë, les vacances last-minute et la robotisation de l’homme virtuel proclament en réalité la dictature de la surexcitation et de l’anxiété, au détriment du calme et de la paix intérieure. 
Pas de temps pour s’écouter et s’accueillir, pour dire au revoir ou sourire à une fleur, pour contempler le vol de l’aigle et verser une larme. Les heures nous sont désormais auscultées, chronométrées, standardisées, optimisées, en faveur de processus d’économie déshumanisants.

La culture du rationalisme athée atteint dramatiquement même les secteurs de la santé, du social et de l’enseignement, laissant sur le carreau tout espoir d’accompagnement humaniste des malades et des jeunes générations.

Cette cavalcade forcée à travers le temps glisse les relations entre les gens en deçà de l’humanité et précipite de nombreuses personnes dans le désespoir, l’alcoolisation, l’addiction à Internet, l’abus de tranquillisants, le suicide.

Assis sur une planète, au milieu de milliers de galaxies, en voyage vers un mystère, nous oublions peut-être trop facilement le caractère impermanent de notre condition humaine.

Inutile de courir et de s’exciter, comme des marionnettes gesticulant dans le vide sidéral d’un monde sans espérance.

Prendre le temps d’entendre notre voix intérieure pourrait nous rappeler la vraie noblesse de l’homme, à la recherche d’étoiles et d’éternité.

En 2016, redécouvrons les vertus du silence, du repos et de l’immobilité, la grandeur d’un instant gratuit d’attention, volé aux apparences, pour simplement toucher au Graal de la liberté «d’Etre».

Assis sur une planète, au milieu de milliers de galaxies, en voyage vers un mystère, nous oublions peut-être trop facilement le caractère impermanent de notre condition humaine.

Inutile de courir et de s’exciter comme des marionnettes gesticulant dans le vide sidéral d’un monde sans espérance.
Prendre le temps d’entendre notre voix intérieure pourrait nous rappeler la vraie noblesse de l’homme, à la recherche d’étoiles et d’éternité.

En 2016, redécouvrons les vertus du silence, du repos et de l’immobilité, la grandeur d’un instant gratuit d’attention, volé aux apparences, pour simplement toucher au Graal de la liberté «d’Etre». 

Extrait du journal du web "24 heures"