Ich hab mein Herz in Heidelberg verloren (J'ai perdu mon cœur à Heidelberg). Cette chanson des années 50, je la chanterai bien aujourd'hui, de retour d'Heidelberg où nous avons passé trois jours et franchi le cap de la nouvelle année avec des amis.

Il faisait gris, les marchés de Noël illuminaient encore les places de la vieille ville, les weinstube et biergarten répandaient une douce lumière sur les trottoirs. Il suffisait de franchir la porte pour se retrouver dans cette atmosphère si conviviale des brasseries et pâtisseries des villes allemandes. Montée en funiculaire pour la visite du château et de son très extraordinaire musée de la pharmacie... Flâner le long des rues étroites où les maisons baroques côtaient les bâtiments de l'université... Emprunter le sentier des philosophes et contempler la ville de l'autre côté du Neckar : clochers à bulbes, vieux pont médiéval, portes ancestrales... Marcher sur les pas de Hegel ou de Hannah Arendt. Et puis arriver en 2016 au milieu des pétards et des fusées par centaines, à l'habitude des Allemands. Quelle ambiance !

Heidelberg 2 304

 

20151231_144101

20151231_130421

Heidelberg 2 310